Un lion détail de 'Hanoukkia

Le lion est l'animal qui apparaît le plus souvent en héraldique. Il représente la puissance, la majesté, la justice. Dessiné le plus souvent rampant, c’est-à-dire de profil, dressé sur une patte arrière et levant les trois autres. Ses griffes sont en évidence et sa queue relevée. A partir de la Renaissance on commence à le représenter avec une langue allongée.

Il existe différentes sortes d'anges. L'ange ailé est représenté à l'image de l'homme. Ses ailes lui permettent d'apparaître et de disparaître rapidement. C'est un messager qui explique aux prophètes le sens de leurs visions. Sa mission est de venir en aide aux humains et de les protéger. Il arrête le bras d'Abraham qui va sacrifier son fils.

Le mousse est un apprenti marin. Les familles pauvres plaçaient leurs enfants comme mousses à bord de bateaux. Les capitaines fermaient souvent les yeux quant à l'âge de ces jeunes enfants qui effectuaient à bord les corvées les plus dures. De nos jours, le métier de mousse n'existe plus car depuis 1997 des lois protégeant les mineurs interdisent de faire travailler de jeunes enfants sur les bateaux.

La corne d'abondance est un symbole de fécondité. Remplie de fruits et de céréales, elle promet la profusion. Présent sur les monnaies des Hasmonéens, ce motif se rapporte à la corne de la chèvre, Amalthée, qui allaitait Zeus et qu'il cassa. Empruntée aux Séleucides, la corne d'abondance en Judée évoque la richesse de la terre qui regorge de lait et de miel.

La compagnie israélienne de bus d'Egged a été fondée en 1933. Egged signifie « union ». La compagnie Egged est l'union de 4 différentes compagnies. Son sigle est un « aleph » stylisé. Les autobus rouge et blanc étaient en usage dans les années 70, date à laquelle Eliahou Sidi peignit sa toile qui décrit la sortie d'Egypte. De nos jours les bus d'Egged sont verts.

Moïse, prophète et libérateur d'Israël, délivra ses frères de la servitude pour les conduire aux abords de la Terre promise. Moïse, fils d'Amram et de Yokheved, fut adopté à sa naissance par la sœur de pharaon et fut élevé à la cour royale. Il est dit de lui : « Il ne s'est plus levé, en Israël, de prophète comme Moïse, lui que l'Eternel a connu face à face ».

La Ménorah, le chandelier à sept branches, est d'abord placée dans le Tabernacle du désert pour ensuite être installée dans le Temple de Jérusalem. Sa description dans le Livre de l'Exode est botanique. Il est fait mention de branches, de calices, de pétales. Chaque fin d'après-midi, le grand-prêtre du Temple devait l'allumer avec de l'huile d'olive pure.

Mattathias Yo'hanan ha-Cohen était un prêtre originaire du village de Modiin. Son nom est mentionné dans le 1er livre des Maccabées et dans les écrits de l'historien Flavius Joseph. Il est le symbole de la lutte contre les Séleucides. Ses cinq fils : Jean, Simon, Juda, Eléazar et Jonathan, continueront la lutte, contre Antioche Epiphane, après sa mort. Sa devise sera « Que celui qui a du zèle pour la Torah et maintient l'Alliance me suive ! ». Il est souvent représenté le bras levé montrant la direction à suivre.

Dans les pays d'Orient, la main, représentée la paume ouverte, protège du mauvais œil. Elle protège du regard envieux, dangereux, susceptible d'amener le malheur. La main est associée au chiffre 5. Ce chiffre correspond à la lettre hébraïque «hé» qui est utilisée à deux reprises dans le Tétragramme. C'est aussi le cinquième jour qu'apparaît la citation : « fructifiez et multipliez-vous ». La main embellit de nombreuses amulettes.

L'étoile à six branches, appelée hexagramme, ou encore Etoile de David, est composée de deux triangles, à côté égaux, superposés et inversés. L'appellation Etoile de David se retrouve dans le Talmud Babylonien et désigne une bénédiction. Au 11e siècle, l'Etoile de David se retrouve sur la Bible de Leningrad, écrite au Caire en 1008. Au 19e siècle, le motif est devenu le symbole juif. Le mouvement sioniste l'adoptera comme symbole de l'Etat d'Israël.

Il est écrit dans la Michna que les oliviers poussaient à Tekoa et en Galilée. L'huile extraite de l'olivier était utilisé à des fins religieuses à cause sa pureté. L'olivier est connu comme symbole de paix : dans la vision du prophète Zacharie; de lumière : avec la colombe qui ramène une branche d'olivier à Noa'h (Genèse 8,10-12); de fécondité : comme il est récité (psaume 128,3) «…Tes fils sont comme des plants d'olivier autour de ta table.»

Le poisson est symbole d'abondance et de fécondité. Il fut créé le cinquième jour de la création avec la bénédiction de pulluler dans les eaux. Associé à de nombreux évènements bibliques, il est épargné par le déluge, contrairement aux créatures vivantes sur terre. Le mauvais œil ne l'atteint pas et il protège du mauvais œil. Le poisson se retrouve sur de nombreux documents illustrant le mois d'Adar qui correspond au signe astrologique des poissons.

La micrographie hébraïque apparaît au Proche-Orient au 10e siècle. Des décors géométriques, architecturaux, zoomorphes, figuratifs… sont dessinés avec des lettres minuscules à la place de traits. Dans cette représentation d'Esther, la reine est dessinée à partir des lettres de l'histoire d'Esther. Le sujet et l'écriture se retrouvent, la lettre acquiert alors une signification décorative et textuelle.

Mardochée est le fils de Yaïr, de la tribu de Benjamin; c'est lui qui élève Esther jusqu’à ce qu'elle entre au harem du roi Assuérus et qu'elle devienne sa femme. Mardochée est celui qui ne se prosternera pas devant Aman, ce qui blessera ce dernier dans son orgueil. Furieux, Aman conçoit d'exterminer la communauté juive. Mardochée va faire tout ce qui est en son pouvoir pour sauver les siens et sera nommé à la place d'Aman.

Motif souvent représenté sur les contrats de mariage ou des documents décrivant ou rappelant Jérusalem, le Dôme du rocher symbolise le souvenir de la destruction du Temple. Ce qui explique sa représentation pour décrire la ville de Jérusalem. Construit sur l'esplanade, désolée, du Temple de Jérusalem par le calife Abd el Malik, le Dôme du rocher est achevé en l'an 691.

Selon le midrach Targoum Richon, daté approximativement du 7e siècle, voici ce qui arriva à la fille d'Aman : du haut d'une tour de la ville elle regardait les rues de Suse et remarqua un étrange cortège. Croyant reconnaître Mardochée promenant Aman sur le cheval royal, elle lui versa le contenu d'un pot de chambre sur la tête. Quand elle reconnut la voix de son père, Aman, elle comprit sa méprise, se jeta de la tour et se tua.

La toupie est appelée en hébreu Sevivon, Sov signifiant tourner. C'est un jouet utilisé à 'Hanoukka. Le jeu consiste à ce qu'elle tourne sur elle-même le plus longtemps possible en équilibre sur sa pointe. La toupie de 'Hanoukka comprend sur chaque côté les 4 initiales des mots Nes Gadol Haya Cham : un grand miracle s'est produit là-bas. En Israël les initiales changent et deviennent Ness Gadol Haya Po : un grand miracle s'est produit ici.

La crécelle est utilisée afin de couvrir le nom d'Aman quand il est prononcé lors de la lecture de la Méguila d'Esther à Pourim. En France, au moyen âge, la crécelle était utilisée par les lépreux pour annoncer leur arrivée dans un village. De dimension variable, la crécelle peut être en bois ou en métal. Le fait de tourner la poignée de la crécelle fait que la languette du cadre vient frapper la roue dentée et produit un son sec et puissant.